19/05/2007

les silences sont lourds parfois...

Ces derniers temps, les mots me manquent pour vous dire ce que j'ai sur le coeur, je ne sais dire pourquoi, mais ça ne vient pas...

Parfois les émotions sont si grandes, si fortes que les mots sont inutiles, difficiles ou illusoires... 

Parfois elles sont tout simplement trop douloureuses...

Comment dire la souffrance avec de maigres mots sans aucune résonance? Comment faire comprendre aux autres la douleur qui habite au fond d'un coeur que personne n'écoute plus? J'avoue que  je ne connais pas la réponse, je suis toujours démunie face à la douleur des autres, je ne sais pas trouver les mots qui consolent ou qui réconfortent, je suis trop perméable pour ça... Juste envie de dire, "Viens-là... je suis là!". C'est peu je sais, c'est si peu, trop peu...

Que dire? Face à quelqu'un qui souffre tant qu'il se punit des erreurs des autres, qu'il se punit du mal que les autres lui ont fait... Que dire? Se sentir si misérable que l'on ne sait plus pleurer, se sentir si seul qu'on ne veut plus des autres, se sentir si mal qu'on en fait mal aux autres... comme pour se soulager et se dire "Tu vois c'est moi qui suis mauvais!". N'avoir plus envie de rien, ne plus trouver sa route, être si perdu que même en pleine lumière le noir est là, le chemin est en sens unique, "No way to return" ... Que dire... "Viens-là...je suis là"... C'est peu oui, très peu.... Que faire quand parler c'est souffrir, se taire c'est souffrir, avancer c'est difficile, reculer c'est impossible... Que faire?

"Viens-là... je suis là"... Te faire comprendre enfin que les autres sont punis, même si tu ne le vois pas, même si ils ne le montrent pas, ils souffrent c'est une certitude, ne fut-ce que de la culpabilité d'avoir profité de l'innocence, de la peur, de la peur de décevoir... La culpabilité est un lourd silence aussi, crois-moi, bien plus lourd que celui du chagrin... parce que le chagrin passe un jour c'est certain, mais la honte et la culpabilité ne s'efface jamais, jamais, on doit tous les matins se regarder dans une glace et affronter le "J'ai fait ça!" !!! Et ça tu dois me croire c'est insupportable!!!

Je viens de relire le post sur Emi chez mon ami le Râleur, et je reprends en pleine figure ces moments d'immences émotions que j'avais ressentis en lisant sa souffrance au fil des jours et au fil des heures... je repense à tous ces bras tendus alors vers cette "petite fille" ... et je me dis oui parfois c'est peu, et pourtant c'est "si beaucoup" ...

Alors "Viens-là... je suis là..."

 

57362971

 

14:55 Écrit par Clochette | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

09/05/2007

Petit bonhomme deviendra grand....

souffle!

Les rêves sont des désirs difficilement accessibles.
Il faut souvent travailler dur pour les réaliser,
et on ne sait jamais quand on atteindra le but fixé.
Persévère, n'abandonne pas!
Et surtout... crois toujours en tes capacités.
Car en toi se cache un être unique
qui a le droit de réussir quelque soit ton but,
s'il est important pour toi et s'il te rend heureux,
tu as le droit de réussir à l'atteindre.

 

Ne rennonce jamais à tes rêves!

10:37 Écrit par Clochette | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |